Main Content

Dormir dans un poulailler

Il n’y a pas mieux qu’un lit de paille pour passer une bonne nuit! Dans le poulailler de Vigny, les vacanciers dorment sur la paille face au lac Léman, chouchoutés par la maîtresse des lieux Yolande Perdrizat-Duboux et savourant le charme du Lavaux.

Des vacances au coeur du vignoble: le fameux Chasselas roux est cultivé sur le versant au pied de la demeure. Même si elle ne produit plus de vin depuis 18 ans, cette fille de vignerons transmet volontiers sa passion et son savoir à ses hôtes. Sa grande fierté: la Dôle d’Épesses, la seule Dôle pouvant être produite hors du Valais. L’authenticité, un luxe: «Mon goût pour l’authenticité et la simplicité, je le transmets à mes hôtes», déclare Yolande Perdrizat-Duboux.

Par beau temps, Yolande Perdrizat-Duboux dresse la table du petit-déjeuner dans le jardin. Le buffet agrémenté de brioche maison, baies du jardin et fromages locaux est l’occasion d’échanger bons plans et anecdotes. Pendant ce temps, les enfants s’amusent à l’ombre des arbres ou lisent tranquillement dans un hamac. À Vigny, le repas du soir est l’affaire des hôtes. Les romantiques adoreront savourer la vue et griller leur cervelas autour d’un feu.

page Web: myswitzerland.com/agrotourismus

Presque comme au bon vieux temps

Découvrez en chemin la tradition de l’Emmental. De la farine du moulin du village, du beurre frais de la fromagerie et un «Bretzeli» (bricelet) fabriqué selon une recette de plus de cent ans: Tous les cyclistes sillonnant en vélo électrique la région de l’Emmental sur les traces du «Bretzeli» de Kambly se sentent transportés dans le passé.

Depuis 1860, la famille Haldemann exploite le moulin du village emmentalois de Trubschachen. Vert menthe avec une dominante bois ou plutôt rouge rouille? Elles sont toutes belles, ces meules nostalgiques cliquetant discrètement dans le moulin de trois étages. Divers grains provenant de la région sont transformés ici. Beat Haldemann, actuel exploitant du moulin, fait partie de la cinquième génération. Depuis la fondation de l’entreprise Kambly en 1910, sa famille fournit également la farine pour les célèbres «Bretzeli» Kambly d’Emmental.

Une poignée de main pour seul contrat.
«Tant qu’il y aura un moulin au village et que nous serons satisfaits de la qualité, les Haldemann pourront nous livrer leur farine», c’est ce qu’aurait dit autrefois le grand-père Kambly. Ce qui fut scellé par une poignée de main est toujours en vigueur aujourd’hui. «Jusqu’à ce jour, nous n’avons aucun contrat écrit avec Kambly.», déclare en souriant le meunier Beat Haldemann.

Selon la recette de la grand-mère
C’est avec les «Bretzeli» d’Emmental qu’a commencé l’histoire de Kambly, voici plus de cent ans. Oscar R. Kambly s’est installé à Trubschachen pour des raisons sentimentales et s’est mis à cuire le «Brezteli» pour la vallée, selon la recette familiale de sa grand-mère. Et pour tous ceux désireux non seulement de déguster les Brezteli Kambly, mais aussi d’en connaître l’histoire, le tour Découverte Kambly s’impose. Grâce à l’application et à un vélo électrique, ce circuit suit l’itinéraire vélo 777 qui traverse le paysage typiquement vallonné de l’Emmental avec une vue à couper le souffle sur monts et vallées.

Une céréale ancienne, redécouverte.
Le tour Découverte passe le long de la ferme Bäreggwinkel, située légèrement au-dessus de Trubschachen. C’est ici que la famille Stettler cultive les céréales dont les grains sont ensuite transformés au moulin Haldemann. Parmi celles-ci, l’épeautre, une ancienne variété de céréale qui a regagné en popularité. L’épeautre est particulièrement robuste et résistant en altitude, donc idéal pour la région vallonnée de l’Emmental. Les vaches broutent allègrement les pâturages devant la ferme Bäreggwinkel. Et leur lait entre également dans la fabrication des «Bretzeli». Sous forme de beurre, produit à la fromagerie villageoise Götschi à Trubschachen. Et ce, avec un grand amour pour le détail. Avec agilité, le fromager Martin Götschi remplit de beurre les petits moules en bois au décor de gentianes. Tout en précisant avec un clin d’œil: «Nous ne faisons cet effort de décoration que pour le beurre vendu en magasins.» Tant que les biscuits ont le même goût qu’autrefois, pas de problème!

page Web: myswitzerland.ch/histoiresdete

Dormir dans un poulailler
Dormir dans un poulailler
Dormir dans un poulailler
Presque comme au bon vieux temps
Presque comme au bon vieux temps
Presque comme au bon vieux temps
Presque comme au bon vieux temps