Main Content

Les plaisirs du palais en Suisse romande

Dans le Pays de Vaud sont préparés des plats typiques comme la saucisse aux choux servie avec le célèbre papet vaudois (poireau et pommes de terre). Le tout naturellement accompagné d’un verre de chasselas, le principal cépage local en blanc.

Mais les belles terrasses du lac Léman ne sont pas les seules à arborer leurs vignes. Les versants ensoleillés au-dessus du lac de Neuchâtel sont tout aussi accueillants pour ces raisins. De plus, l’époustouflant cirque rocheux du «Creux du Van» se trouve dans le canton de Neuchâtel. Un chef d’œuvre de la nature à voir absolument.

Le Jura est assurément un paradis pour les amateurs de fromages. La Tête de Moine AOC, un fromage à pâte mi-dure servi en fines rosettes, est à ne pas manquer.

Genève, aussi nommée la «capitale de la paix» pour sa tradition humanitaire, est la patrie de l’industrie horlogère de luxe. Mais les gourmets y trouvent aussi leur bonheur: temples de la gastronomie ou auberges de campagne, les papilles se régalent.

Le Valais est un lieu riche en contrastes: dans les montagnes, de majestueux sommets de 4000 mètres et le long du Rhône, des vignobles étendus et des vallées latérales authentiques. Il y a mille et une choses à découvrir dans le plus grand canton viticole de Suisse.

Suisse romande
Suisse romande
Le parc viticole de la Suisse
L'homme qui parle aux graines

 

L’homme qui parle aux graines

Cédric Chezeaux vit selon son idéal: il a tourné le dos à l’agriculture conventionnelle il y a 15 ans. Depuis, il cultive en qualité bio dans les environs de Romainmôtier d’anciennes variétés de céréales quasiment oubliées. Aujourd’hui, des gens viennent le voir de toute l’Europe à la recherche d’aliments authentiques et de qualité sans compromis. Dans ses champs aux reflets dorés et aux touches colorées des pavots et des fleurs sauvages poussent de l’ingrain, de l’épeautre, du sarrasin, du blé amidonnier, du seigle, du colza et des lentilles. Celui qui désire savourer les plats délicieux préparés avec les produits de la famille Chezeaux s’attable chez Cédric Rey. Cédric Rey imagine avec passion et savoir-faire des combinaisons culinaires raffinées à partir de ses produits. Avant le repas, les plus curieux peuvent visiter la ferme tout proche. Cédric Chezeaux y dévoile en personne le secret de ses produits.

Le parc viticole de la Suisse

Le Valais est réputé pour son généreux ensoleillement et ses vins de grande qualité. Dans le village vigneron de Salquenen, au cœur du Parc naturel Pfyn-Finges, Luc Mounir et sa famille produisent des vins d’excellence. Ils travaillent principalement avec des cépages traditionnels et en accord avec la nature, ce qui réjouit les amateurs de vins et les hôtes du parc naturel. Au Parc naturel Pfyn-Finges, la viticulture occupe une place de choix. Aucun autre parc naturel ne compte autant de vignes et de vignerons que le Parc naturel Pfyn-Finges. Plus de 80 vignerons invitent à un moment de détente et de dégustation des produits régionaux. Tout comme les Mounir, une famille de vignerons. Elle produit un vin primé et durable depuis trois générations déjà. Les hôtes peuvent déguster ces vins d’excellence dans le domaine viticole de la famille ou sur le nouveau foodtrail qui traverse le parc naturel. En outre, le Parc naturel propose de nombreuses autres offres sur le thème des vignes et du vin.

Vous trouverez de plus amples informations et des idées d’excursions sur MySwitzerland.com.

Karin und Daniel Ritler, Bäuerin und Bauer, Blatten VS
Stéphanie Veillet & Claude Meyer, Le Lignon GE
Marlise Bauer, Bäuerin, Travers NE
En collaboration avec l'Union suisses des paysannes et des femmes rurales

 

L’appel de la montagne
Un retour aux sources. L’expression prend tout son sens au regard du parcours de Dani Ritler. Après avoir grandi à Blatten, au coeur du Lötschental, puis vécu quelques années en ville, à Berne, il est revenu dans cette belle vallée à la frontière des cantons valaisans et bernois, là où les petites rivières coulent depuis le glacier du Langgletscher pour finir dans la Lonza, puis le Rhône. En 1992, il achète quelques moutons pour “passer le temps”. L’activité secondaire deviendra une nouvelle vie, celle d’éleveur professionnel.

Avec son épouse Karin, ils ont aussi ouvert un magasin de ferme dans une ancienne écurie. Ils y vendent des spécialités de la région, des fromages, du miel, du thé, des vins valaisans ou encore des pâtes fraîches d’Ulrichen dans la vallée de Conches. La clientèle peut aussi profiter des belles fleurs de cette région alpine. “J’adore proposer des décorations pour les restaurants ou pour les mariages”, s'enthousiasme Karin Ritler.

Les moutons, eux, naviguent entre les pâturages de la vallée et les alpages. Même lors de leur retour à l’étable durant l’hiver, ils peuvent profiter d’un peu d’air libre. La viande d’agneau est certifiée bio, la ferme faisant oeuvre de pionnière, étant la première du Lötschental à s’être certifiée en 2004. “Nous avons un nouveau projet, relate Karin Ritler, celui d’utiliser la laine de mouton biologique pour produire des flocons de laine destinés à des coussins que nous commercialisons nous-mêmes!”

Nommé “Dani’s Lamm”, le domaine accueille aussi les visiteurs pour des repas, des dégustations, des apéritifs de mariages… De nombreuses occasions pour déguster les excellents produits régionaux. “Une visite chez nous vaut la peine, argumente Karin Ritler. Nous avons créé une entreprise haute en couleur, avec une multitude de belles offres dans une vallée de rêve. Et nous mettons beaucoup de cœur et de joie dans tout ce que nous faisons!” Comment résister à l’appel de ce retour aux sources.

Karin und Daniel Ritler, Bäuerin und Bauer, Blatten VS
www.danis-lamm.ch

 

Marlise Baur s'agenouille devant la fée verte!
Au Mont-de-Travers (NE), Marlise Baur cultive de la grande absinthe, petite absinthe et menthe poivrée pour les distillateurs de l'interprofession de l'absinthe du Val-de-Travers. Elle a découvert cet univers grâce à Yves Currit, l'un des trois cultivateurs que compte la région, et ajouté depuis 11 ans cette corde à son arc d'agricultrice. «On ne peut pas vivre de ça, mais je trouve bien de conserver cette tradition régionale.» Parallèlement, son mari Heinz et elle élèvent une trentaine de vaches laitières et sont à la tête d'une exploitation de 56 hectares de culture herbagère. Le lait est acheminé à la fromagerie du Mont-de-Travers pour la fabrication du Gruyère AOP.

Si les plantes qu'elle fait pousser sont rustiques, le travail demande cependant rigueur et attention. «C'est un métier où l'on est beaucoup à genoux. On passe énormément de temps à désherber!» Et la cultivatrice de souligner que la terre et les cultures ne subissent aucun traitement et obéissent exclusivement au cycle des saisons.

Le désherbage commence à l'orée du printemps lorsque les plantes, vivaces, sortent de terre. Marlise Baur repasse ensuite régulièrement dans ses parcelles. La récolte débute fin juin avec la menthe, se poursuit avec la fauche de la grande absinthe suivie de la petite absinthe, et prend fin avec une nouvelle récolte de menthe. Les plantes sont acheminées dans le séchoir d’Yves Currit où elles ne séjournent que trois ou quatre jours afin de préserver leurs spécificités. La production est ensuite hachée et mise en sacs, en prenant soin de respecter la traçabilité de chaque culture. Elle est livrée essentiellement dans les distilleries artisanales du Val-de-Travers où elle permettra d'élaborer la fameuse fée verte emblématique du Vallon.

Marlise Bauer, Bäuerin, Travers NE


La nature en ville
Située à deux pas du centre-ville de Genève, la Ferme du Lignon est un véritable havre de paix. Depuis 2012, ce domaine est tenu par Claude Meyer et sa compagne Stéphanie Veillet. L’activité principale: les poules, qui sont près d’un millier à pouvoir profiter d’un élevage en plein air. Mais le couple a aussi développé un jardin maraîcher, du vin, un magasin de ferme ouvert 3 jours par semaine, ainsi que d’autres activités autour de l’agritourisme.

C’est dans cette volonté d’ouverture que la ferme propose, depuis 2014, un brunch. Il fait venir de nombreux citadins, mais aussi des gens de France voisine ou d’autres cantons. Les oeufs des poules sont donc au coeur du brunch, avec des omelettes servies brouillées, des oeufs durs, ou des préparations de quiches, au fromage ou avec les légumes de la ferme, ainsi que de nombreux desserts. “De chez nous, il y a aussi des salades, des confitures, un peu de charcuterie et du vin, ajoute l’hôte. Et nous faisons un barbecue avec des saucisses de nos veaux.” Le reste est exclusivement de la région, que ce soit le pain, le beurre, un complément pour la charcuterie, ou encore des bières artisanales. “Ce brunch ne se ferait pas non plus sans l'aide de nos bénévoles que nous remercions infiniment, tient à préciser Stéphanie Veillet. Sans eux, cela serait tout simplement impossible à organiser”.

Diverses activités sont proposées en parallèles: un groupe de musique, mais aussi des animations pour les plus petits avec une salle de jeu, des séances de maquillage très prisées, ou encore des balades à poney proposées par le refuge de Darwin qui récupère des animaux maltraités.

L’intérêt n’est clairement pas financier. “Le but est avant tout de communiquer, sur nos produits, sur nos activités”, déclare-t-elle. Mais le plus important est sans doute le bonheur apporté à des visiteurs qui “adorent venir”. Ils seront, cette année, 350 chanceux a profité du cadre festif et bucolique de La Ferme du Lignon.

Stéphanie Veillet & Claude Meyer, Le Lignon GE
www.ferme-du-lignon.ch


En collaboration avec l'Union suisses des paysannes et des femmes rurales